Kermit Lynch

bandolLynch

Ik ga er niet uit citeren, zet dit boek NU als eerste op je cadeaulijstje voor kerstmis.


Op
LpdV vond ik toevallig een mooi stukje dat het niet heeft over de avonturen van een wijnkoper, maar over de reisweg van een  wijndrínker in Frankrijk. Ik vroeg en kreeg de toestemming van de auteur, Jérôme Pérez,
om deze tekst hier te publiceren.

Jeune et impétueux, il lit avidement les revues et les guides, recherche absolument les vins puissants et capiteux : Bordeaux rouge bien sûr et Bourgogne blanc de la côte de Beaune ! Même combat.
Puis il se pique de découvertes et croit bien avoir trouvé l’Eldorado dans le sud : Languedoc et Roussillon fourmillent de talents qui régalent les papilles, à vous en mettre plein la vue : du soleil, du fruit, de la puissance et le même côté chic qu’en Bordelais pour un prix plus intéressant. Faudrait être con pour continuer à cautionner le système ! Lui, on ne l’aura pas !
Puis il connaît sa période rebelle : Surtout ne pas suivre les modes ! Ras le bol de la syrah et du merlot : sur ça non plus, il ne va pas se faire avoir ! Et finalement, il y a de bien beaux blancs en Maconnais et le cabernet franc, c’est ce qu’il y a de mieux.
De rebelle, il devient iconoclaste : Il est un connaisseur et il s’est bien rendu compte qu’on veut lui faire prendre des vessies pour des lanternes et qu’on en veut à son porte monnaie. Il regarde vers la Loire, pour ce qui est des vins blancs et tout compte fait, en Bourgogne, Chablis, ce n’est pas si mal ! Il en a un peu marre des vins faciles et maquillés, pommadés, empesés dans leur extraction et dans des habits de bois un peu trop serrés. Vivent les vins de pays des côtes de Thongues, ou de Marcillac !
Mais le terroir, il n’y a que ça de vrai : il va à la rencontre des vignerons, des vrais, ceux qui mangent de la terre et qui en donnent le goût aux raisins. Après quelques attirances vers les bio, dans une pseudo période bobo cool, décalée, plutôt Yupie new âge, finalement bien conventionnelle, il reprend une lichette de soufre (mais pas trop quand même) et se serre un verre de riesling, cépage des cépages, s’il en est, caméléon et polymorphe au sol qui l’a fait grandir. Mais peut-il encore boire du rouge ? Oui sans doute, mais quoi ? Alors, à mesure qu’il commence à blanchir et que son pouvoir d’achat commence à le lui permettre, il regarde d’abord vers le Rhône version Nord (la syrah a retrouvé grâce à ses yeux, sans doute) et vers la Bourgogne : il se rappelle comme il était jeune et qu’il grimaçait devant ses vins raides et acides sans comprendre pourquoi d’autres tombaient à genou au même moment. Et si il essayait à son tour : son initiation serait-elle terminée?
 

Tot slot, een zekere Raymond reageerde hierop met deze leuke bedenking: 

Confidence pour les plus jeunes:
A partir d’un certain âge le VIN est la seule chose qui puisse remplacer ( bien partiellement ) les femmes…
Robe, parfum, chair, satin, charme, complexité, imprévisibilité et surtout insondable mystère…
smilie5